Les affections courantes

Outre les affections graves décrites précédemment, la vie d’un chien peut être parsemée de petits maux courants comme les rhumes, les maux d’intestins, etc. En sachant reconnaître les premiers symptômes d’une affection, vous serez à même de secourir votre compagnon à temps, avec l’aide du vétérinaire si nécessaire.

Les maladies du système digestif

Les affections du système digestif peuvent être bénignes, comme la simple indigestion, ou plus graves (gastrite, entérite). Certains petits maux courants comme la diarrhée, la constipation ou les vomissements peuvent en outre être les symptômes de maladies plus sérieuses.

La gastrite

C’est une inflammation de la paroi stomacale provoquée par l’absorption d’un produit d’entretien ou d’un aliment de mauvaise qualité. Votre chien peut avoir de la fièvre, il perd l’appétit mais a extrêmement soif. Chaque repas le fait vomir. Mettez-le donc à la diète pendant vingt-quatre heures.

La gastro-entérite

La gastrite peut s’étendre à la muqueuse intestinale et provoquer une gastro-entérite, maladie qui peut également avoir une origine virale (parvovirose). Cette maladie spectaculaire peut être dangereuse pour la vie du chien, qui se vide en vomissements et diarrhées parfois sanguinolents. Tenez le malade à la diète et faites appel au vétérinaire.

L’entérite

C’est une affection intestinale qui se manifeste par l’émission d’une diarrhée profuse et sanguinolente. Cette maladie peut être provoquée par une infection parasitaire.

La constipation

Cette affection bénigne se soigne aisément par l’ingestion d’huile d’olive et par l’augmentation des légumes verts dans la pâtée quotidienne. Elle est alors provoquée par une alimentation mal adaptée aux besoins du chien, par un manque d’air et d’exercice. Mais, nous l’avons vu, cette affection peut également être le symptôme d’une maladie plus grave. En cas de crise prolongée, consultez l’homme de l’art.

La diarrhée

C’est en soi une réaction organique très simple et parfaitement saine que vous soignerez par un désinfectant doux de l’intestin. Si l’affection se prolonge au-delà d’un délai de deux jours, faites appel au vétérinaire.

Les vomissements

Ce sont également des signes extérieurs d’affection grave, s’ils se prolongent au-delà du même délai. Dans un premier temps, mettez
votre chien à la diète hydrique et nourrissez-le légèrement.

Les maladies des reins et les troubles des fonctions naturelles

Les calculs

Le trouble principal qui menace les reins de votre boxer, surtout s’il vit en appartement et mange un peu trop, ce sont les calculs. Ces cristaux ammoniaco-magnésiens ou d’arginine obstruent la vessie, empêchant le chien d’uriner et provoquant de vives douleurs. Il faut consulter si la situation dure, car le chien peut succomber par éclatement de la vessie ou urémie (augmentation du taux d’urée dans le sang).

Les néphrites

Elles constituent un danger au moins aussi grand. Provoquées par des colibacilles, des proteus, etc., ou par d’autres maladies (leptospirose, piroplasmose), elles se manifestent par des urines sanguinolentes, une soif intense, des vomissements et des tremblements. La nature exacte du mal sera déterminée par une analyse d’urine.

L’incontinence

Lors d’une grande joie (ou d’une grande peur), votre chien peut être frappé d’incontinence. Rien de grave en ce cas. Toutefois, les chiens affectés de malformations de la colonne vertébrale peuvent également souffrir de cette gêne. Ils seront soignés par des injections de corticoïdes et par la mésothérapie.

L’engorgement des glandes anales

Il provoquera une gêne, et votre chien se traînera l’arrière-train sur le sol en gémissant. Il faut simplement les vider pour le soulager.

Les maladies des voies respiratoires

Le rhume

Tout comme nous, le boxer peut attraper un bon rhume. Votre rôle sera avant tout préventif. Au retour d’une journée d’exercice ou d’une longue promenade, séchez vigoureusement votre compagnon (pattes et corps) et maintenez-le au chaud.

Certaines maladies des voies respiratoires sont plus graves.

La bronchite

De nature infectieuse, elle se manifeste par un manque d’appétit, de la température, des écoulements de nez et de la toux. Il faut consulter rapidement. En effet, un animal soigné à la légère peut être atteint de bronchite chronique. Le vétérinaire vous prescrira un traitement à base de sirops ou de suppositoires qui viendra à bout de la maladie dans un délai d’une semaine environ.

La broncho-pneumonie

Elle peut être d’origine virale. Cette maladie est très contagieuse et parfois mortelle pour les chiens. Il faut donc isoler le malade au plus
vite et désinfecter le local où il était logé (courez chez le praticien).

La pneumonie

C’est une complication de la bronchite, l’affection provoquant une inflammation du tissu pulmonaire. Due à un refroidissement, cette maladie présente les mêmes symptômes que ceux de la bronchite : obstruction des cavités nasales, fièvre, toux, essoufflement… Consultez rapidement le vétérinaire et laissez le chien au chaud.